Special Gift (2/2)               

 
Special Gift____              
 


     
Partie 02

 
Bill s'impatientait, il tournait avec énergie la petite cuillère dans la tasse devant lui.
 
« Il nous a fait promettre de ne rien te dire, » finit par lâcher Andreas. Il regardait Bill avec une légère lueur de crainte dans ses yeux. « Ce n'était pas à nous à te mettre au courant de ça. »
 
« Depuis combien de temps ? » demanda brusquement Bill. Andreas ne semblait pas daigner répondre. Il se mordait nerveusement les lèvres et son regard fuyant trahissait son appréhension. « Combien de temps, bordel ? » s'écria Bill, sa main rencontrant violemment la table.
 
Andreas laissa échapper un soupir las. « Trois mois, peut être quatre. » Laissant le goût amer que quatre mois était bel et bien le temps réel pendant lequel Bill avait été dans l'ignorance.
 
Bill se leva, regardant par la fenêtre dos à Andreas. Il se sentait comme trahi, ses meilleurs amis lui avaient caché une chose si importante. Au fond, il savait que c'était pour le protéger mais Bill ne voulait pas qu'on le protège, il voulait être au courant, il aurait sans doute apprécié un peu de sincérité. Quitte à ce que cela brise son c½ur un peu plus. Maintenant, il était juste en miettes et rien ne pourrait le remettre en état aussi bien que l'amour de Tom.
 
« Il l'aime... » Marmonna-t-il, plus pour lui que pour Andreas. Cette réalité lui revint subitement, son corps entier était comme propulsé hors de la pièce, hors de ce petit cauchemar qui prenait forme petit à petit sous son regard impuissant.
 
La main d'Andreas se resserra sur l'épaule de Bill dans un geste réconfortant.
 
« Tu en sais plus, n'est-ce pas ? » Bill s'obstinait à ne pas faire face à son ami. Il le sentit opiner. « Je suppose que je ne veux pas le savoir ? »
 
« Tu devrais avoir une plus longue conversation avec Tom. »
 
Bill baissa la tête, ses yeux grands ouverts emplis de larmes qu'il ne voulait pas laisser couler. « Je... » Il se dégagea doucement de l'emprise d'Andreas, « je vais retourner chez moi, ok ? »
 
Il attrapa ses affaires et salua Andreas avant de traverser le couloir et atteindre son propre appartement, juste en face de celui de son meilleur ami.
 
La porte enfin fermée, il inspira profondément et pressa sa main contre sa bouche, retenant un temps soit peu les émotions qui prenaient le contrôle de son corps. Machinalement, il trouva le chemin pour aller s'écrouler lamentablement sur le canapé, d'où il ne comptait pas bouger avant des mois, peut pas avant que Charlsie n'ait finie par accoucher et gâcher sa vie.
 
Après réflexion, c'était sans doute de sa faute si Tom et lui se retrouvait dans cette situation. Un bruit sourd passa la barrière de ses lèvres et il laissa son menton trembler.
 
 
**
 
 
Les jours suivant furent éprouvants pour Bill. L'information atteignait enfin clairement et distinctement son cerveau et les conséquences qui allaient avec se firent nettes. Bill essayait de se faire à l'idée qu'il ne retrouverait plus ce qu'il avait quitté. Tom serait différent, sciemment ou non. Au fond, il gardait l'espoir insensé de pouvoir récupérer son histoire d'amour là où il l'avait laissée. C'est là que tout prenait forme : il savait ce qu'il perdait mais il n'avait aucunement connaissance de ce qu'il allait gagner en retour.
 
Il se rongeait les freins de ne pas aller frapper chez Tom et de piquer une crise, de colère ou de panique. Il laissait passer un peu de temps, avant de voir Tom en tête à tête. Sa réaction était pour le moment imprévisible et Bill n'aimait pas ça, il aurait voulu pourvoir contrôler cette situation, pourvoir contrôler ses sentiments et les anéantir définitivement.
 
Malheureusement, rien n'était plus compliqués que les sentiments humains.
 
Il souffla et reposa son stylo. Son devoir pour la fac était terminé, demain serait son dernier jour dans cet établissement et il pourrait en profiter pour planifier concrètement son projet de voyage. Avec tout ce qui s'était passé en quelques semaines, Bill avait pris la décision irrévocable de partir loin de ses racines. Il se disait que changer d'air et d'horizons ne pouvait que lui être bénéfique.
 
Il fut coupé dans sa réflexion par son téléphone. Sans regarder l'émetteur, il décrocha :
 
« Allô ? »
 
« Euh... hey, c'est Tom. Tu ne m'as pas rappelé après l'autre soir, encore une fois. » Sa phrase fut ponctuée d'un petit rire, que Bill ne savait pas, gêné ou nerveux.
 
« Oui. Tu veux quoi ? »
 
« Est-ce que tu m'en veux ? »
 
C'était au tour de Bill de ricaner. « Tu fais référence au fait de m'avoir baisé et dit qu'une autre fille attendait ton gosse, ou le fait de m'avoir cacher la vérité pendant des mois et m'avoir fait croire que tout pouvait redevenir comme avant ? »
 
« Je suppose que ça veut dire oui. »
 
« Mais bien sûr que je t'en veux, triple idiot ! » commença à s'emporter Bill. Mais il se reprit rapidement, il devait garder le contrôle.
 
« On devrait se voir, tu ne crois pas ? »
 
Bill hésitait, il avait le devoir de dire oui, mais tout son corps repoussait cette idée.
 
« Ok. Demain soir, au bar, à dix-huit heures. Ne soit pas en retard. » Il raccrocha sans attendre la réponse de son interlocuteur.
 
Son téléphone valdingua sur le comptoir de la cuisine, alors qu'il reprenait son souffle. Il enfouit son visage entre ses mains, réprimant un petit cri qui avait envi de sortir. Demain soir n'allait pas être une soirée plaisante, Bill voulait des réponses et était déterminé à les avoir. Son c½ur était déjà en morceau alors autant l'achever une bonne fois pour toute et le laisser se remettre sur pieds comme il le pouvait.
 
 
**
 
 
Cela faisait une demi-heure que Tom était arrivé au bar. Bill sirotait sa bière évitant autant que possible le regard de Tom. Aucun d'eux n'avait pipé mot. De son côté, Bill se disait que ce n'était pas à lui de faire le premier pas, mais d'un autre point de vue Tom était toujours celui qui incitait Bill à parler et peut être que pour une fois (la dernière certainement) il pouvait faire un effort.
 
« J'ai parlé avec Andreas la semaine dernière, » commença-t-il sans tourner autour du pot. Il sentit Tom se raidir en face de lui ne fixant que les fines mains de son homologue. « Il m'a dit que tu me cachais encore d'autres choses. Est-ce que c'est vrai ? »
 
Tom se laissa tomber sur le dossier de sa chaise et passa sa main sur le visage, tandis que Bill le fixait finalement dans les yeux.
 
« Merde Bill, on est plus un couple ! »
 
« Mais je pensais qu'on était ami Tom, ami. »
 
Tom se redressa brusquement, comme piqué à vif. « Tu déconnes ? Dis-moi seulement que tu te moques de moi. » Bill avala sa salive. Tom continua, « tu m'as évité pendant des putains de mois Bill ! Comment est-ce que j'étais sensé comprendre que tu voulais qu'on soit ami. Tu ne venais plus aux soirées du samedi, tu ne t'es même pas montrer au match de Georg à la fin de la saison. »
 
Les garçons reprirent leur respiration alors que tom tenter de calmer ses nerfs en pelote.
 
« C'était trop dur Tom, » avoua Bill. « Je savais qu'en te voyant j'allais me ronger les sangs et me sentir coupable. »
 
Tom haussa un sourcil inquisiteur, poussant Bill à approfondir sa pensée. Il apporta son verre d'eau gazeuse à ses lèvres et avala une petite gorgée pour se donner contenance.
 
« Je... On aurait jamais du rompre. Tu me manques Tom chaque jour, chaque minute, tout le temps, partout. » Il baissa les yeux pensif continuant à débiter des paroles sincères, débordantes de culpabilité. « A la seconde même où je t'ai dit vouloir rompre, j'ai compris que c'était la pire décision que j'avais prise de toute ma vie. Je t'aimais tellement, mais la routine et ma dépendance m'effrayaient... »
 
« Alors tu as fuis, » conclut Tom.
 
Bill acquiesça, « alors j'ai fuis. »
 
C'était la première fois qu'il osait dire ces paroles à haute et intelligible voix, Bill se sentait un peu plus léger. Parfois, dire ce que l'on a au plus profond de soi fait un si grand bien, que c'en est presque aveuglant de bien être. Bill était ébloui.
 
Tom passa furtivement la main sur le dos de celle de Bill, avant d'empoigner de nouveau son verre.
 
« A cette époque je t'aurais laissé revenir à bras ouverts, » confia Tom.
 
« Et maintenant ? »
 
« Maintenant tout est différent. »
 
Un silence s'installa entre eux, on entendait juste les bruits de discussions autour d'eux. Ils étaient plongés dans leurs propres pensées dans lesquels chacun se questionnaient. Bill ne savait plus comment s'y prendre avec Tom, son c½ur n'était plus que l'ombre de lui-même. Il s'effritait un peu plus à chaque mot que Tom prononçait et c'était une douleur lancinante. Il appréhendait la suite de la conversation.
 
« Il y a Charlsie, et il y a le bébé, je ne peux pas ignorer cela. »
 
Bill hocha la tête, à la façon d'un automate. « Qu'y a-t-il d'autre ? »
 
Tom remua sur sa chaise et fit face à Bill. Son air grave ne rassurait pas le moins du monde Bill dont les mains étaient moites.
 
« La mère de Charlsie veut qu'on se marie. »
 
La bombe avait été lancée si brutalement que Bill n'avait pas réussi à se protéger convenablement de ses débris qui s'enfonçaient un peu partout sur son corps. Une entaille profonde traversait son c½ur.
 
« On s'est fiancés. »
 
Bill secoua la tête. « Tu... Vous n'aviez pas rompu ? »
 
Tom secoua doucement la tête mais n'ajouta rien. Bill avait l'impression que le karma n'était pas du tout avec lui, que tous les dieux l'avaient abandonné pour une quelconque raison. Et puis il avait décidé qu'il emmerdait les dieux, le karma et toutes autres superstitions. Il emmerdait Charlsie et sa mère. Mais par-dessus tout, il se maudissait si fort d'avoir été la cause de toute cette merde monstre.
 
Il avait été le premier à déclenché le compte à rebours. Tom n'allait certainement pas l'attendre gentiment jusqu'à ce qu'il se décide à revenir vers lui. Alors, oui les paroles doucereuses que Tom lui avait dites lors de leur rupture étaient une vérité, mais son application était loin d'être concrète. Bill avait été bercé d'illusion jusqu'à ce jour, l'illusion que Tom aurait abandonné terre et mer pour qu'ils se remettent ensemble.
 
Aujourd'hui, il se prenait une immense claque.
 
« Qu'est-ce qu'on fait maintenant ? » demanda Bill avec hésitation.
 
Tom haussa les épaules et s'affaissa sur sa chaise. « Je n'sais pas Bill, je n'sais pas... »
 
Bill tourna la tête pour ne pas que Tom voit ses yeux s'humidifier. Il se mordit les lèvres. La chaude main de Tom s'imposa sur la sienne et la serra.
 
« Tout est ma faute, » admit Bill, la voix chevrotante.
 
« Ne pleure pas Billy, tu sais que je n'aime pas ça. »
 
Bill hocha la tête et sécha son visage avec sa main libre. « Est-ce que tu m'aimes toujours un peu ? » Bill regardait Tom sous ses cils humides.
 
« Oui. »
 
« Est-ce que tu aimes Charlsie ? »
 
« Elle est la mère de mon enfant. »
 
Bill secoua la tête. « Non. Est-ce que tu l'aimes ? »
 
Tom détailla le visage de Bill. « Je l'apprécie énormément, je ne pourrais jamais lui faire de mal. »
 
L'estomac de Bill tomba dans son ventre. Son organe cessa de battre le temps d'une seconde. Il vida sa bière, dont il ne restait que le fond et se hâta d'enfiler sa petite veste. Il fallait qu'il quitte cet endroit, l'odeur de Tom l'entourait et ça le rendait dingue de savoir que désormais une autre personne que lui pourrait le sentir si proche. Ses mains tremblèrent et ses jambes flageolèrent alors qu'il essayait de se lever.
 
« Je suis désolé Bill. » Tom se redressa et proposa une main d'appui.
 
« C'est moi qui suis désolé Tom, j'ai été si bête et naïf. » Il attrapa la main de Tom et se retrouva nez à nez avec lui, qui s'était mis sur ses pieds à son tour. « Je m'en veux de me mettre dans un état pareil. »
 
Tom l'attira contre lui et l'enlaça. Il enfouit son nez derrière l'oreille de Bill et marmonna « Pardon Billy, pardon. »
 
Bill le serra contre lui aussi longtemps qu'il le put. Il aurait souhaité que l'instant se fige et que plus rien autour d'eux ne continue de tourner. Cependant, il finit par se détacher de Tom, un petit sourire triste peint sur son visage. « On se reverra ? »
 
« J'y compte bien. » Tom caressa le doux visage angélique de Bill de sa paume et déposa ses lèvres sur celles de Bill. C'était un effleurement, si futile, mais tellement intense que Bill en eut des frissons.
 
« A bientôt, je suppose. »
 
Bill s'échappa de l'emprise de Tom, avant de lui sauter dessus comme un sauvage et de faire Charlsie doublement cocue.
 
 
**
 
 
Bill s'était finalement échoué dans les bras d'Andreas qui l'avait dorloté jusqu'à ce qu'il s'endorme dans la chambre d'ami.
 
Lorsqu'il s'était réveillé et avait réalisé que tout ceci était bel et bien la réalité des choses, Bill recommença à pleurer à chaude larme, alarmant Andreas qui veillait sur lui. Il avait repris Bill dans le creux de ses bras, caressant son dos et apaisant du mieux qu'il le pouvait ses sanglots.
 
Mais il n'était pas Tom, et Bill ne se calmait que difficilement sans Tom. Cette pensée le heurta si fort qu'il en sanglota davantage. Il n'allait pas s'en sortir, comment pouvait-il ?
 
« Tu vas venir habiter quelques temps chez moi. Ca te dit ? » Andreas passa un mouchoir en tissu sur le visage rougi de Bill et l'essuya grossièrement. « Une collocation, le temps que tu ailles mieux. »
 
Bill se laissa tenter par l'idée, ne voulant pas rester seul pour le moment. « D'accord. »
 
« Génial ! » s'enthousiasma Andreas. « Je vais aller te chercher quelques affaires chez toi, si tu veux. »
 
Bill sourit en voyant la joie spontanée de son ami. « Je vais y aller, ne t'en fais pas. » Il se leva, sa tête bourdonnait et ses yeux semblaient vouloir sortir de leurs orbites. « Je reviens dans quelques minutes. »
 
Andreas hocha la tête et serra l'épaule de Bill pour lui donner du courage. Ce à quoi Bill répondit par un hochement de tête de remerciement.
 
Lorsqu'il poussa la porte de son appartement, Bill sentit la solitude imprégnée dans chaque objet de toutes les pièces. Il était sur de ne pas vouloir rester seul, du moins pour le moment. Il passa par sa chambre et son regard se figea sur la photo de lui et Tom posée sur sa table de chevet. Il s'assit sur le rebord du lit et attrapa le cadre.
 
S'il avait vu cette scène dans un feuilleton télévisé, il se serait surement moqué. Mais là, rien ne le faisait rire. Il caressa le sourire de Tom à travers le verre du cadre. Après quelques secondes, peut être quelques minutes, sans bouger, il reposa le cadre, face contre le bois pour ne plus voir leurs visages heureux qui lui broyer les entrailles.
 
Après avoir enfouis le plus gros de son nécessaire de toilette et de ses affaires, il referma la porte de son appartement derrière lui, se jurant que quand il y reviendrait, il serait de nouveau le Bill enjoué et positif qu'il avait toujours été.
 
« On ne peut pas dire que tu voyages léger ! » s'est moqué Andreas.
 
« Tais-toi, et laisse entrer la larve chez toi. »
 
Andreas sourit tristement et s'écarta pour laisser le champ libre à Bill. Il souffla, comme qu'il s'apprêtait à entrer sur un ring de boxer dont l'adversaire était le meilleur du comté, avant de se retourner et suivre Bill à l'intérieur.
 
 
 
**
 
 
Ce soir là, Georg avait préparé une fête chez lui. Riley était étincelante, Mélissa resplendissait au bras d'Andreas. Bill les admirait. Il souriait poliment et affiché son plus bel air enjoué lorsque des connaissances venaient lui faire la conversation. Et selon Andreas, il s'en sortait comme un chef.
 
Voilà maintenant une quinzaine de jours que Bill vivait à plein temps chez son ami et il le ressentait comme un poids. Il avait la nette impression qu'il entravait à la bonne relation entre Andreas et Mélissa et il ne voulait pas les gêner. Il avait pris la décision que dès le lendemain il retournerait chez lui, au moins pour dormir et laisser l'intimité nécessaire au couple lorsqu'il était chez son ami. Il n'en avait pas encore parlé à Andreas, mais il savait qu'il ne l'empêcherait pas.
 
Bill n'écoutait même plus ce que le joli garçon en face de lui racontait. Apparemment, il complimentait Bill sur sa tenue.
 
« Merci, » balança Bill au hasard.
 
La réponse semblait plaire au joli brun car il sourit et s'approcha imperceptiblement de Bill. « Tu ne m'as pas écouté une seule seconde, » s'amusa-t-il.
 
Bill secoua la tête. « Si bien sûr que si ! »
 
« Quel est mon prénom ? »
 
« Oh euh... » Bill le dévisagea un instant, avant que son attention ne soit porté sur les personnes qui arrivaient. « Tom. »
 
Le brun qui semblait en tout point un garçon raisonnable et sympathique suivit le regard de Bill. « Un ami ? »
 
Les yeux de Bill revinrent s'encrer dans ceux de l'homme face à lui et se noyer dans la profondeur de ses iris bleutés. « Un ex, » corrigea-t-il. Mais il ne voulait pas s'engager sur ce terrain. « Alors, tu t'appelles comment ? »
 
« Adrian, et toi ? »
 
« Bill, » lui sourit-il.
 
Ils engagèrent une discussion qui détourna l'attention de Bill sur le couple que formait Charlsie et Tom de l'autre côté de la pièce. Il priait les dieux qu'il avait préalablement emmerdé que Tom ne le remarque pas de la soirée.
 
La petite fête était finalement bien sympathique, Adrian était un gentil garçon et Bill passait un très bon moment en sa compagnie. Il riait un peu, buvait quelques coupes de champagnes frais. Il n'avait pas passé une si bonne soirée depuis si longtemps qu'il s'en délectait. Il s'installa aux côtés d'Adrian sur le sofa dans le salon et détailla son profil tandis que celui-ci lui parlait de son dernier voyage en Australie.
 
Son nez parfaitement droit et ses cils courts mais courbés le rendaient irrésistible. Sa barbe de quelques jours lui donnait ce côté viril qui attirait beaucoup Bill. Et la façon dont ses lèvres se retroussaient le fascinait. L'alcool aidant, il le trouvait tout à fait à son goût.
 
La main d'Adrian vint effleurer le côté de la cuisse de Bill avant de finalement se faire audacieuse et se poser dessus.
 
« Hey ! »
 
Bill et Adrian détournèrent leur regard vers la personne qui les interrompait. Tom se tenait juste devant eux, deux verres à la main. Adrian avait sentit Bill se crisper sous ses doigts et lui offrit une pression rassurante.
 
« Salut Tom. Je te présente Adrian, Adrian, voici Tom. » Bill avala une gorgée de la boisson pétillante, et sourit sincèrement en entendant Adrian se présenté chaleureusement à son ex-petit-ami.
 
« J'ai pensé qu'on aurait pu parler une seconde tous les deux, » finit par proposer Tom, à l'attention de Bill.
 
Bill se tourna vers Adrian, apparemment embarrassé. Celui-ci hocha la tête. « Je vais aller faire un tour et remplir ta coupe, » dit le brun, souriant en s'éloignant de Bill et Tom.
 
Tom tendit un des deux verres à Bill. « On se trouve un coin plus au calme ? »
 
« Que va dire Charlsie si elle ne te voit plus ? »
 
« Et Adrian ? »
 
Bill fronça les sourcils. « Il est vraiment charmant. »
 
Tom haussa les épaules et guida Bill à l'étage. Il ouvrit la première porte qui s'avérait être la chambre d'ami. Subitement, il arracha le verre que Bill tenait dans sa main et le déposa au sol avec le sien, avant que son corps entier s'aligne contre celui de Bill.
 
Bill resta stoïque, surpris par le comportement de Tom. Puis il le repoussa. « A quoi tu joues ? »
 
« C'est si dur de rester loin de toi. Et te voir parler avec ce mec, c'est insupportable. »
 
Le sang de Bill ne fit qu'un tour. « Espèce de trou du cul égoïste et jaloux ! J'ai le droit et même le devoir de fréquenter d'autre personne que toi. Je ne t'appartiens pas, je ne t'appartiens plus Tom. Tu es avec Charlsie et tu oses m'interdire de voir quelqu'un d'autre. Et puis d'ailleurs on vient à peine de se rencontrer donc théoriquement... »
 
Sa phrase resta en suspend alors que les lèvres charnues de Tom fondaient sur les siennes. Un soupire non retenu s'échappa de sa bouche tandis qu'il répondait au baisé houleux de Tom. Il faisait une connerie, mais une si belle connerie. Il ne savait plus comment arrêter ces lèvres sucrées qui lui chatouillaient maintenant le cou. Tom lécha l'arrière de l'oreille de Bill qui laissa sortit un gémissement envieux. Il voulait Tom, tellement. Mais ce gémissement fut la sonnerie d'alarme.
 
Il le repoussa et s'écarta aussi loin qu'il le put.
 
« Ne joue pas avec moi Tom, ne fait pas ça. » Bill récupéra sa coupe de champagne.
 
Tom avait les mains appuyées sur la porte, dos à Bill, la tête enfouie entre ses bras. « Je sais plus quoi faire Bill, » murmura-t-il. « Charlsie devient insupportable, sa mère est toujours sur mon dos. Je suis pris au piège, je ne veux même pas me marier avec elle. »
 
Bill s'assit sur le bord du lit. « J'en ai marre Tom, je ne peux pas supporter tes sautes d'humeur. Un soir on couche ensemble, la semaine d'après tu me dis que c'est impossible et maintenant tu cours dans mes bras. Qu'est-ce que je suis sensé faire ? »
 
Tom se tourna vers Bill. « Rien, tu ne dois rien faire. Je n'ai pas le droit de te faire subir ça, je le sais. Mais c'est plus fort que moi. Mes sentiments sont incontrôlables. »
 
Bill tapota le lit, invitant Tom à s'y asseoir. « Tu sais, je crois que cette situation ne s'arrangera jamais. » Il enlaça ses doigts à ceux de Tom et lui sourit, les larmes plein les yeux. « Il nous faut un break, un vrai break. »
 
Leurs doigts jouaient ensemble comme s'ils ne s'étaient jamais quittés. Tous les deux pleuraient, les yeux dans les yeux. Ils se retrouvaient au fond d'une impasse avec aucun moyen pour faire demi-tour.
 
« Je vais partir, j'ai acheté mes billets d'avion la semaine dernière. »
 
Tom se mordit la lèvre. « Quand ? »
 
« Dans un mois. »
 
Tom hocha la tête et aucun des deux garçons n'ajouta un mot. Ils profitaient simplement de la présence de l'autre le temps d'une dernière soirée. Bill se pencha vers Tom et déposa un long baisé sur son front. Il ferma si fort les yeux qu'il en avait mal. Il savait qu'il avait pris la meilleure décision, et ce pour leur bien à tous les deux. Mais c'était dur de quitter l'homme qu'il aimait de tout son être.
 
Les mains de Tom encadrèrent le visage mouillé de Bill. Ils s'embrassèrent, doucement, avec affection et délicatesse. Ils se transmettaient leur amour dans ce simple baisé mouillés de larmes qui coulaient sur les joues. Les longs cils de Bill balayaient les joues de Tom. Ses mains étaient crispées dans la nuque des Tom et il s'accrocha désespérément à cette dernière preuve d'amour.
 
« Je t'aimerai toujours Tom, » souffla Bill contre les lèvres de Tom.
 
« Idem Billy, idem. »
 
Une dernière pression et Bill se détacha définitivement de Tom et rejoignit les convives en bas, non sans passer avant tout dans la salle de bain arranger son visage souillé.
 
 
**
 
 
L'aéroport était bondé, Bill transpirait à grosse goutte et une boule de stresse s'était installé dans le creux de son estomac. Il venait de déposer ses bagages et attendait patiemment ses amis. Ils étaient tous sensés arriver d'une minute à l'autre pour lui souhaiter un bon voyage.
 
« Hey, calme-toi, » chuchota une voix dans son oreille. Un corps chaud et musclé se colla à son dos. « Tu verras, l'Australie c'est merveilleux. »
 
Bill se tourna face à Adrian et enroula ses bras autour de son coup. « Je l'espère. »
 
Ils s'étaient mis ensemble peu après la soirée de Georg. Adrian savait que Bill n'était pas amoureux de lui, mais il était indubitablement attaché à lui. Et la réciproque était vraie. Il formait un petit couple très beau et heureux. Adrian aidait beaucoup Bill et il savait qu'il redoutait cet instant.
 
« Je te montrerai tous les beaux coins à ne pas louper, » sourit-il.
 
« Je suis content que tu viennes avec moi. » Bill déposa ses lèvres sur celles d'Adrian. Ils se sourirent sincèrement.
 
La petite bande d'amis arriva finalement à l'aéroport. Tout le monde était là, et Bill se sentait si heureux de les voir. Il ouvrit ses bras vers eux et Andreas courut immédiatement dedans. Un câlin général s'en suivit et de longues accolades emplir de « appelle-nous ! » ou encore « on passera pour les vacances » mais aussi « on t'enverra la photo du bébé ».
 
Bill hochait la tête, les yeux humides. Il les regarda et soupira. « Vous allez me manquer ! »
 
Adrian restait en retrait, les laissant profiter de ce moment. « Il va falloir y aller, Bill. »
 
Bill secoua la tête, il attendait que Tom arrive d'un moment à l'autre. Il lui avait promis de venir à l'aéroport. « Je suppose qu'il ne viendra pas, » marmonna-t-il pour Adrian. Celui-ci lui fit un regard désolé et posa sa main sur ses reins. « Allons-y ! »
 
Ils firent un dernier mouvement de main vers les mis de Bill qui étaient aussi devenus, suivant le cours des choses, ceux d'Adrian. Ils s'engouffrèrent dans la voix d'embarquement sans jeter un autre regard en arrière, sinon Bill se sentait sur le point de pleurer comme une mauviette. Il rit doucement à cette pensée et Adrian lui sourit, ébouriffant ses cheveux et déposant un baisé dans ceux-ci. Bill passa son bras sur les hanches de son petit-ami et ils s'envolèrent pour l'Océanie.
 
Cependant, ce que Bill avait loupé, était Tom, courant vers eux et demandant à Georg ou était Bill. Il avait une jolie peluche en lapin blanc dans sa main. Ses épaules s'affaissèrent lorsqu'il aperçut le petit couple, partir joyeusement vers l'avion qui mènerait Bill loin de lui pendant au moins une année entière.
 
Gustav entoura Tom ses épaules de son bras et le fit faire demi-tour.
 
Bill était vraiment parti, Tom allait vraiment avoir un bébé. Ils prenaient des chemins si opposés que l'un comme l'autre se demandait si un jour leurs chemins allaient se recroiser.



 




FIN.








Bonsoir ! Et donc voilà la suite et fin de cette fiction.
Cependant, il y aura un séquelle car je ne compte pas laisser Tom et Bill comme ça.
Celle-ci viendra dès que possible (révisions et partiels obligent).

Je passerai sans doute corriger les fautes monstres qu'il doit rester dans cette partie.
Vous m'excuserez de ne pas le faire maintenant.
En espérant que cette suite vous a plu, je vous embrasse.

 

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.234.65.78) if someone makes a complaint.

Comments :

  • nirvana-angelTH83

    31/03/2014

    Oh Tom me trop de peine avec son lapin en peluche

  • Vie-amours-emmerdes-du14

    19/07/2012

    c'est triste comme même =(

  • Emy-histoire

    03/12/2011

    Salut , je tenais a te dire que cette histoire etait magnifique vraiment magnifique !
    merci , de vendre du rêve *_*
    Emy

  • x-pas-sur-la-bouche-x

    13/11/2011

    J' adore les histoires où ils sont déjà ensemble mais où ils se séparent...qu'il y ait des prises de têtes, des obstacles...bon là en l'occurence y'en a des phénoménaux : Tom qui va avoir un bébé avec une fille qu'il n'aime pas c'est terrible...surtout qu'ils s'aiment encore avec Bill en fait.
    Je suis assez contente que Bill soit avec quelqu'un quand même. Mais heureusement pour moi il y a une suite parce qu'une fin comme ça c'est trop cruel pour moi! xD

    £illou

  • Thedistancewhichkills

    02/11/2011

    Oh j'adore trop !
    Quand la suite ? (a)

  • History-imagination

    17/06/2011

    J'ai adoré même si la fin est triste ...
    Très bien écrit :D

  • tom-th-tom

    25/05/2011

    Oalala chui désolée, je viens de lire tout tes OS et j'ai pas commenté mais là ... vraiment il était tellement magnifique, j'en pleure tellement c'est beau, bien écrit, émouvant waouw je crois que jvais pas m'en remettre et je vais continuer à pleurer pendant un bout de temps T_T
    BRAVO ! et après on dit que la perfection n'existe pas .. pff n'importe quoi !
    Cet OS est parfait *-*

  • Koordinaten-x-Unbekannt

    22/05/2011

    Putain.
    Je suis en vrac là. A mais totalement. Presque autant que Bill, bon, peut être pas x)
    Mon dieu c'est tellement horrible. Encore plus horrible tout ce que tu arrives à faire passer à travers des mots, des phrases, des situations.. tous ces sentiments, putain. C'est beau. On ressent tellement tout l'amour qu'ils se portent, la douleur de devoir vivre avec sans être pret de l'autre. C'est putain... j'ai l'estomac noué, ça me tue autant qu'eux de voir qu'ils ne peuvent plus s'aimer, parce que Bill a fait une erreur, juste une erreur humaine, Tom aussi, et que ça a tout foutu en l'air. C'est terrible. Et la fin aussi, putain, Tom qui court à l'aéroport et Bill qui se retourne pas... Merde c'est horrible, mais tellement bien, parce que tellement poignant, et tellement horrible, tellement bien écrit. Avec des putains de phrases qui te tuent sur place. J'ai toujours aimé ce que tu fais, je t'avais laissé un ou deux commentaires avec mon autre blog (ça fait longtemps) mais bref, on s'en fout en fait.
    Bon désolée pour tout cet étalage mais je suis tellement comme une loque là, c'est trop putain de merde, et ouais, je sais pas quoi dire d'autre juste que... c'est parfait. Horriblement parfait, vraiment. Et toute la passion entre eux qui ressort à travers le TS, bordel... ;_;
    Je vais lire la séquelle parce que bon sang, je prie pour qu'ils finissent ensemble et tout, je vais pas pouvoir dormir sinon. éè

    Allez, lisons et... prions ! xD

    Merci sinon, vraiment, merci. C'est tellement beau ce que t'écris.

  • hallo-kleiner-android

    01/05/2011

    :O Han dure ! Je croyais qu'ils allaient se retrouver ensemble ._.

  • os-translation

    01/05/2011

    Alors oui, cette suite m'a plu dans le sens où elle est bien écrite... mais étais-tu vraiment obligée de leur faire ça aux pauvres choupinoux? :'(
    Je ne sais même pas pour lequel des deux je suis le plus triste. Tom qui risque de se retrouver coincé dans un mariage sans pratiquement aucun amour ou Bill qui sait que c'est de sa faute s'ils ne sont plus heureux ensemble.
    On va dire que Bill s'en sort à peu près bien avec Adrian, ça a l'air, du peu qu'on en a vu, d'être un type bien. J'espère que Bill aura le temps de se remettre de son histoire avec Tom pendant cette année en Australie avec son nouveau chéri ^^

    Je crois que je l'ai déjà dit mais je déteste Charlsie "Charlsie devient insupportable," Mais quelle petite saleté!! Il aurait eu mieux fait de ne jamais la rencontrer, tiens!

    Je me demande bien ce que tu leur réserve dans ta séquelle. Est-ce qu'ils vont finir à nouveau ensemble? Ou est-ce qu'ils seront tous les deux passés à autre chose et seront heureux chacun de leur côté?
    Je me languis déjà de lire la suite pour avoir une réponse à ces questions.

    Donc même si c'est pas du tout ce que j'imaginais (je croyais qu'ils finiraient ensemble, moi ...) c'était une suite très agréable à lire et puis autant le dire, ce genre de fin, c'est original, ça change complètement de d'habitude.

    Bisous et bon week-end
    Sia

Report abuse