Special Gift (1/2)




Special Gift____              
 


     
Partie 01




« Un jour viendra où tu n'en pourras tellement plus d'être seul que tu reviendras me voir. J'attendrais jusqu'à ce que ce jour arrive, et nous reprendrons où nous nous sommes arrêtés. »
 
Ces mots résonnaient encore aujourd'hui dans l'esprit brumeux de Bill. Il était allongé dans sa chambre sombre et repensait comme bien souvent ces temps-ci à ces paroles que Tom lui avait dites lorsque Bill avait décidé de rompre. Peut être que Tom n'avait pas tort, peut être qu'il savait que Bill allait revenir vers lui parce qu'il le connaissait trop bien – ou peut être qu'il était trop prévisible. Dans les deux cas, Bill avait l'impression qu'il ne méritait pas que Tom le reprenne.
 
Après tout, cela faisait des mois que Bill évitait les sorties avec son groupe d'amis, dont Tom faisait parti. C'était au-delà de ses forces de faire face à son ex-petit-ami alors qu'il venait de casser avec lui et de lui briser le c½ur. Une culpabilité étrange mais bien présente s'était installée dans le plus profond de l'être de Bill. Lorsque les mots avaient dépassés la frontière de sa bouche pour annoncer à Tom que leur relation était terminée, Bill s'en était voulu presque aussitôt. Mais jamais il n'avait fait machine arrière, il se devait de prendre la responsabilité de ses mots et d'essayer de faire avancer sa propre vie.
 
Il était resté deux ans avec Tom, leur relation était fusionnelle, peut être trop selon l'avis de Georg, le meilleur ami de Bill. Georg l'avait conforté dans l'idée que c'était la meilleure chose à faire pour lui, que son couple commençait à l'étouffer et le ternir. Bill avait hoché la tête et avalé un bon verre de scotch décidant que dorénavant il allait construire sa vie indépendamment à celle de Tom.
 
Peut être qu'il avait échoué. Il s'était réinscris à l'université, se réengageant dans des études à l'âge de vingt-quatre ans. Il aimait cela étudier, mais il avait l'impression de perdre son temps au final. Lorsqu'il regardait ses amis bâtir doucement leur vie voire même une vie de famille, il les enviait.
 
Sa main se resserra sur son téléphone portable qu'il n'avait pas conscience d'avoir tenu si longtemps entre ses doigts douloureux. Bill observa l'écran, il attendait un signe, un indice de ce qu'il devait faire, mais apparemment le karma n'était pas avec lui. Il soupira et déposa son téléphone sur sa table de chevet. Il se retourna maintes fois dans son lit avant de finalement trouver le sommeil.
 
 
**
 
 
Le lendemain matin, lorsque Bill se réveilla, son portable clignotait annonçant un nouveau message. Bill se frotta les yeux et attrapa avec lassitude son cellulaire, ouvrant le message. Ses yeux faillirent sortir de leurs orbites alors qu'il lisait le message. Ce n'était rien de bien personnel, mais Bill sentit son c½ur battre la chamade, ses joues s'échauffer et ses mains se mirent à trembler sans qu'il ne puisse contrôler quoique ce soit.
 
Demain, dîner de Thanksgiving chez moi. Apportez ce que vous voulez, bisous les loulous. Votre dévoué Tom.
 
Thanksgiving n'était pas un dîner auquel Bill pouvait échapper, ce n'était en aucun cas concevable. C'était pour eux une tradition de le faire entre amis et personne n'avait dérogé à la règle depuis toutes ces années. Et même si l'idée de prétendre le faire chez ses parents l'avait heurtée un quart de seconde, Bill savait d'avance qu'on n'allait pas le laisser faire aussi facilement.
 
Son téléphone se remit à sonner. Il répondit lamentablement. « Allô... »
 
« Ne pense même pas à tomber malade demain Bill ! »
 
Bill geignit et se laissa retomber sur le matelas moelleux. « Salut Andy. »
 
« Alors, comment est-ce que tu vas ? » s'inquiéta tout de même son ami. Andreas savait que Bill ressentait toujours ce quelque chose pour Tom, il y avait cette petite flamme qui lui brûlait le c½ur, et ça attristait beaucoup Andy.
 
« Je vais surement revoir Tom demain, il va surement m'ignorer et je vais surement avoir envie de me tuer. Sinon bien, merci. Et toi Andy ? » Soupira Bill.
 
« Tu sais bien que jamais il ne pourra t'ignorer. »
 
« Mh... » Se contenta de répondre Bill. En réalité il avait clairement peur de se retrouver chez Tom, là où il avait passé la majeure partie de son temps à faire l'amour avec son ex-petit-ami. Ca l'effrayait de savoir qu'il allait remettre les pieds dans le lieu où lui et Tom avaient bâti leur relation. Les souvenirs allaient le prendre de plein fouet et ça l'effrayait. « J'achèterai une tarte meringuée au citron. » Elles étaient les préférées de Tom.
 
« Si tu t'échappes, je viendrai te chercher par la peau du cul Bill, crois-moi, » insista Andy. « Il faut que je te laisse, Melissa s'est réveillée. Bonne journée. » Et Andy raccrocha rapidement.
 
Bill abandonna son portable quelque part sur la couette alors qu'il enfonçait son visage dans son oreiller. Son esprit était partagé entre l'excitation et l'appréhension. Bill ne savait pas quelle émotion choisir. Il s'imaginait depuis déjà quelques courtes semaines quelle serait sa réaction lorsqu'il reverrait Tom pour ce dîner, mais rien ne ressemblait à Bill allant chez son ex. Bill allant chez Andy avait été une option plutôt rassurante, tandis que celle de se retrouver à dîner chez son ex-petit-ami dont il était toujours dingue était sans doute la pire. Il gigota quelques instants avant de se lever.
 
Il ne devait plus penser à cette histoire de Thanksgiving.
 
Pour se changer les idées, Bill décida qu'il était temps d'attaquer ses obligations pour la fac. Il passa la matinée entière le nez dans ses bouquins, ne pensant à rien d'autre que sa foutue dissertation. Mais au fond de lui, un mince pincement se faisait constant. Il lui rappelait, dans ses moments d'inattention de quoi en retournait la réalité.
 
 
**
 
 
Bill était sur le perron, juste devant la porte de Tom et il hésitait toujours, la tarte bêtement dans ses mains. Il ne savait pas s'il devait frapper à la porte, sonner, entrer sans faire aucune de ces choses ou simplement repartir chez lui afin de se goinfrer égoïstement de cette succulente pâtisserie meringuée.
 
Le destin choisit pour lui. Une jeune femme qu'il n'avait encore jamais vu lui sourit et sonna à la porte. Tom apparut dans l'embrassure et sourit. Le c½ur de Bill s'arrêta un millième de seconde pour battre de plus belle.
 
« Vous êtes arrivés ensemble ? »
 
La jeune femme regarda Bill. « En quelque sorte, tu nous laisses entrer, » dit-elle, déposant un léger baisé sur les lèvres de Tom et laissant sa main courir sur son torse.
 
Bill n'arrivait plus bouger aucun membre. Il était tétanisé, une information enfouie dans les méandres de son esprit lui revint : Tom aimait aussi les femmes. Il ne savait déjà plus pourquoi il était là avec sa foutue tarte. Il allait maudire Andreas de l'avoir pratiquement mis sous menace pour ne pas qu'il échappe à cette soirée.
 
« J'ai apporté une tarte, » lâcha Bill. Il la donna à Tom sans un autre regard et s'engagea directement dans la salle à manger.
 
Les conversations s'arrêtèrent lorsque Bill entra dans la pièce. Il repéra Andreas avec Mélissa et lui jeta le regard le plus noir et le plus meurtrier qu'il n'ait jamais fait. Il aurait presque juré voir son ami frémir et se crisper.
 
« Bien, je pense que tout le monde et là, » déclara Tom, « apéro ? »
 
La soirée allait être longue, vraiment très, très longue pour Bill.
 
 
Bill ne lâchait pas Andreas des yeux, il n'osait d'ailleurs poser ses yeux sur rien d'autre de peur de tomber sur Tom, sur un objet familier, ou un souvenir douloureux. Il se sentait plus ou moins mieux en ne regardant que son ami pour le moment.
 
L'odeur de la maison de Tom lui emplissait les narines, elle n'avait presque pas changé, il y avait juste une pigmentation plus féminine, plus fruité que ce que Bill connaissait. Un long frisson lui parcourut l'échine. Il se sentait terriblement mal, mais il s'y était attendu. L'appréhension et le stress avait formé une boule compacte dans l'estomac de Bill qui le bloquait à faire quoique ce soit.
 
« Tiens, bois ça. »
 
Ses doigts se refermèrent sur le verre que Georg lui tendait. Il avala son contenu d'un trait espérant que cela le détendrait mais il faillit recracher le liquide avant qu'il ne passe sa gorge nouée.
 
« Il me faudrait de l'absinthe, » ironisa Bill.
 
Georg lui sourit sincèrement et passa sa main sur l'épaule de son meilleur ami. « N'oublie pas pourquoi tu as pris cette décision il y a quelques mois. »
 
Bill secoua la tête.
 
« Bien, profite de la soirée maintenant. Riley est ravie de te voir, viens. »
 
Georg prit Bill sous son aile pendant un petit moment. Riley, la femme de Georg détendit du mieux qu'elle pouvait Bill, mais c'était peine perdue. Elle tenta d'aborder les sujets qui intéressaient normalement Bill mais rien n'arrivait à lui faire oublier ce qu'il avait vu quelques instants plus tôt. La question lui brûlait les lèvres :
 
« Est-ce que Tom a une petite amie ? » demanda Bill le plus doucement qu'il put.
 
Georg échangea un regard mal à l'aise avec Riley avant que celle-ci ne soupire. « Tu devrais parler avec Tom, Bill. » Riley serra la fine main de Bill dans la sienne pour l'encourager. « Allons reprendre un autre verre, chéri, » dit-elle à l'intention de Georg.
 
Le couple s'éloigna de Bill rapidement et celui-ci se retrouva seul au milieu de la salle à manger, n'osant relever le regard de sa main. Il se sentait si stupide d'agir ainsi, il ne se reconnaissait pas. La seule chose qu'il souhait se réalisait : il revoyait Tom. Mais il ne savait pas comment réagir alors que dans aucune de ses situations préconçues il n'avait imaginé qu'une fille puisse maintenant partager la vie de Tom.
 
Il soupira finalement, et parti lui aussi se chercher un verre. L'alcool allait être son allié.
 
**
 
 
Bill avait réussi à coincer Gustav dans la cuisine, le petit blond n'était autre que le frère d'Andreas. « Pourquoi ton frère m'évite-t-il ? »
 
Gustav avait l'air gêné et évitait le regard foudroyant de Bill qui le surplombait. « Tu devrais parler avec lui, vraiment Bill. »
 
« Pourquoi est-ce que personne ne répond à mes fichues question ? » s'emporta Bill, serrant fermement son verre de vin rouge dans sa main.
 
« Calme-toi Bill, » demanda gentiment Gustav. « C'est pour toi qu'on fait ça, on... » Gustav se tut soudainement, attirant toute l'attention de Bill.
 
« Qu'est-ce qu'il y a de si important que tout le monde me cache ? »
 
La porte de la cuisine s'était ouverte à cet instant, laissant apparaître la jeune femme que Bill avait vu tout à l'heure. « Désolée, je vous dérange ? »
 
Gustav profita de cette chance pour s'enfuir des griffes de son ami.
 
Bill soupira profondément. Il était blasé de cette situation qu'il ne comprenait pas, et blessé qu'aucun de ses amis ne prennent la peine de lui expliquer ce qui se tramait. Il recula une chaise et se laissa tomber dessus. Le pied du verre cogna la table de marbre dans un petit bruit sourd.
 
« Je m'appelle Charlsie, » dit la jeune femme en s'asseyant face à Bill. « Est-ce que tu vas bien ? »
 
Bill prit enfin le temps de regarder la jeune femme, elle était vraiment jolie, il ne pouvait pas dire le contraire et rien que ce détail lui retourner encore plus l'estomac. Ses cheveux étaient brillants et parfaits, ses yeux d'amandes d'un brun profond étaient charmants. Bill serra la mâchoire et soupira doucement.
 
Le comble de l'ironie faisait que c'était la nouvelle amie de Tom qui lui demandait s'il allait bien, non pas un de ses amis qui bavardait dans la pièce d'à côté.
 
« Je pense que c'est le pire Thanksgiving de ma vie, » déclara-t-il, sa voix était si basse qu'il se demandait si Charlsie l'avait entendu.
 
Elle attrapa la bouteille de vin rouge qu'elle était venue chercher et déboucher puis en versa dans le verre de Bill. « Aux grands maux, les grands remèdes, » dit-elle en plaisantant allègrement. « Essaye de profiter de ta soirée, Bill, ça fait plaisir à Tom que tu sois venu. »
 
Bill se sentit encore plus mal. Il sourit poliment à Charlsie quand celle-ci le quitta et s'effondra sur le dossier de sa chaise. Il était si tendu ce soir.
 
 
**
 
 
Tout le monde était attablé et Tom allait servir le dessert. Bill sentait les effluves d'alcool parcourir son sang mais savait être adulte et se tenir convenablement. Parfois un ou deux gloussement le trahissaient mais rien de méchant. Andreas était assis au bout de la table, à une distance bien calculé de Bill, mais ce dernier n'allait pas laisser son ami s'en tirer si facilement. Il pouvait l'éviter le temps d'un repas mais pas plus longtemps.
 
« Alors, je vous préviens, le premier qui dit que ce dessert est pas bon, je le fous dehors avec un coup de pieds au cul, » prévint Tom, avec un faux air menaçant.
 
Bill se revigora un peu à ces paroles, c'était presque normal puisque c'était lui qui avait apporté cette tarte. Il redressa imperceptiblement les épaules, prêt à déguster.
 
Tom apporta le succulent dessert. « Il a été fait avec amour, donc appréciez-le. » Tom déposa un gros cheesecake sur la table. « Charlsie l'a fait cette après-midi. »
 
La jeune femme sourit presque timidement et Tom l'attira contre lui en souriant.
 
Un gros et lourd poids tomba fermement tout le long du frêle corps de Bill. Ses épaules s'affaissèrent, son regard fuit et son estomac se rétrécit. Est-ce que le karma était tout à fait contre lui, ou était-ce simplement ce que le ciel semblait juste de lui donner ? Bill ne savait plus s'il voulait rire ou se rouler sous la table pour pleurer son douloureux sentiment de totale ignorance et de rejet qu'il ressentait.
 
Il ne fit simplement rien. Il resta assis, attendant qu'on lui serve sa part, il mangea avec difficulté, but avec facilité. Il attendait passivement que tout se passe. Son regard se portait sur chacune des personnes présentes : elles semblaient heureuses, c'était un jour de fête alors rien de plus normal. Lui, il se sentait comme un grain de poussière, un invisible et impassible grain de poussière que l'on ne remarquait que lorsqu'on voulait s'en débarrasser. Ses pensées poussées par l'alcool le faisaient se sentir comme le plus minable des hommes.
 
« Excusez-moi, » dit-il, la gorge nouée, le regard flou. Il se leva et partit vers les toilettes.
 
Le verrou fermé, la lumière éteinte, il se libéra un peu du chagrin qui l'habitait, il ressentait maintenant tout le poids de la décision qu'il avait pris des mois plus tôt sur ses maigres épaules. Et c'était bien trop lourd à supporter. Il tremblait fortement de retenir de gros sanglots sans larme qui lui faisait terriblement mal à la gorge.
 
Il ne savait pas combien de temps il était resté là, enfermé dans cette petite cabine de toilettes, assis sur la lunette à lutter contre ses émotions puissantes. Mais lorsqu'il en ressortit, tout le monde était parti et la table était bientôt débarrassée.
 
« Tu vas bien ? »
 
Bill sursauta. « Euh, oui... oui. »
 
« Je t'ai connu plus résistant à l'alcool, » continua Tom.
 
Bill regardait son ancien petit ami, il était toujours aussi beau, toujours aussi gentil et Bill l'aimait toujours autant. Il baissa les yeux. « Je vais rentrer chez moi, merci pour cette soirée. »
 
Tom fronça les sourcils et posa sa main sur l'avant-bras de Bill. « Tu veux que je te raccompagnes chez toi ? »
 
Bill retira doucement son bras de la douce prise de Tom et secoua la tête. « Ca va aller, merci. » Il partait vers l'entrée, prendre ses affaires, accompagné de Tom. « A bientôt alors. »
 
Tom lui sourit et ouvrit la porte. « Fais attention à toit Bill, envoie moi un message quand tu arrives, » ne put-il s'empêcher d'ajouter.
 
Bill partait déjà en direction de sa voiture garée devant la maisonnette de Tom. Il s'empressa de se mettre derrière le volant et de mettre le contact. Tom le salua une dernière fois de la main, et Bill loupa son air inquiet alors qu'il démarrait. Au bout de la rue, Bill s'arrêta et laissa échapper de gros sanglots et déversa sa douleur, le front posé sur le volant de sa petite voiture.
 
Après de longues minutes à pleurer à chaudes larmes, Bill attrapa son portable. « Est-ce que tu peux venir me chercher ? ... Au coin de la rue, chez Tom ... Merci. » Il renifla et attendit que Georg arrive.
 
 
**
 
 
 
Les jours passèrent puis les semaines, l'hiver allait bientôt toucher à sa fin. Le soleil commençait doucement à réchauffer le sol et l'air, mais pas même ce changement de climat rendait le teint de Bill moins pâle et triste. Son année de faculté était bientôt finie et il se sentait soulagé de cela, mais un autre poids stagnait en lui.
 
Georg, Andreas et Gustav faisaient du mieux possible pour remonter le moral de Bill, mais rien n'y faisait. Un jour il souriait, le lendemain il tirait une gueule d'enterrement. Ses amis étaient épuisés et Bill aussi.
 
On était samedi soir, c'était l'anniversaire de mariage de Georg et Riley. Ils avaient réservé une salle au sous sol d'un bar pour fêter cela avec leurs amis. Bill avait fait un gros effort, il s'était bien habillé, maquillé et parfumé, il voulait être beau et frais pour son ami et ne pas le décevoir ce jour là.
 
« Alors Bill, que vas-tu faire l'année prochaine ? » demanda Mélissa.
 
Bill avala la petite bouchée qu'il mastiquait. « Je pense prendre une année sabbatique et partir en Irlande ou en Australie. La fac, c'est plus pour moi. »
 
« En Australie ! J'espère que tu vas nous inviter à passer nos vacances là-bas mec, » ajouta Georg, enjoué à la perspective. « Ou même en Irlande, on viendra boire des bières pour la Saint Patrick et faire la tournée des bars, » s'excita-t-il.
 
Bill rit doucement. « Je crois pas que Riley soit de cet avis, » fit-il remarquer.
 
L'excitation de Georg retomba soudainement et il cala sa main sur le genou de sa femme, un air coupable sur le visage.
 
« Soumis ! » beugla Andreas. Mélissa lui donna une tape sur le sommet du crâne qui le fit taire immédiatement.
 
Gustav et Bill rirent de bon c½ur en voyant leurs deux amis se faire remettre subtilement en place par leurs compagnes. Bill n'en pouvait plus, ses abdos lui faisaient mal et des larmes roulaient sur ses joues. Il posa la tête sur les genoux de Gustav qui continuait lui aussi se de moquer de leurs amis.
 
« Hey, j'ai loupé quelque chose ? »
 
Bill releva soudainement la tête, ne manquant pas de se cogner magistralement contre la table. Il se tenait la tête et le ventre dans l'espoir de les apaiser.
 
« Bill va partir en Australie, et Georg et Andreas vont retourner chez eux avec une fessée, » résuma Gustav, essuyant ses yeux.
 
Tom sourit et s'installa en face de Bill. « Tu pars en Australie ? » demanda-t-il avec intérêt.
 
Bill haussa les épaules, « C'est possible. » Il remarqua que cette fois Charlsie n'était pas là, peut être qu'ils avaient rompus. Bill gesticula sur sa chaise joyeusement.
 
La petite soirée se déroula bien mieux que Thanksgiving, pas de jeune femme surprise, pas de dessert surprise et pas de poids dans l'estomac de Bill, juste un petit sentiment de joie. Georg et Riley étaient heureux comme tout et ne cessaient de sourire.
 
« On a une annonce à vous faire, » dit Georg, se levant face à ses amis, tenant Riley par la taille. Elle était radieuse, ses cheveux blonds flottaient autour de son visage et ses yeux pétillaient. Son teint était éclatant. « Riley est enceinte. »
 
Les félicitations fusèrent, Bill s'était levé et avait embrassé le couple, il avait serré Riley tellement fort dans ses bras que Tom dut les séparer. « Ne va pas étouffer notre futur maman, » le réprimanda-t-il faussement.
 
« Mais je suis tellement content ! »
 
 
**
 
 
« Tu viens fumer une cigarette à l'extérieur ? »
 
Bill hocha la tête, prenant sa veste et suivit Tom devant le bar. Il faisait froid mais bien plus doux que les premiers jours d'hiver. Il sortit une cigarette et l'alluma, fumant tranquillement. Il se sentait un peu mieux avec Tom ce soir, la pensée que Charlsie n'était pas dans les alentours le confortait et il se sentait plus assuré.
 
« C'est dingue hein ? »
 
« Quoi ? » demanda Bill.
 
« Riley qui est enceinte, Andreas qui va se fiancer et toi qui part à l'autre bout du monde. »
 
Bill souffla la fumée. « Il faut bien avancer. On est adulte, c'est le déroulement logique des choses, » sourit-il franchement. « Et toi, que fais-tu ? »
 
Tom se mit face à Bill et le détailla, un peu trop longtemps et Bill se sentit rougir. Tom sourit. « Je ne sais pas, peut être monter ma propre boîte. La banque a donné son feu vert pour le prêt, » avoua Tom.
 
« C'est génial ! Tu en rêvais, » s'exclama Bill, enlaçant vivement Tom sans se rendre réellement compte qu'il était dans les bras de Tom. Il garda Tom contre lui un petit instant, juste pour profiter de son odeur et de ce contact qui lui avait manqué. Tom passa ses bras autour de la taille de Bill, patientant que celui-ci le lâche.
 
Bill finit par se reculer à contre c½ur et sourit de nouveau à Tom.
 
« C'est bon de te voir sourire. » Tom écrasa son mégot dans un pot de fleur. « Pourquoi tu ne m'as pas envoyé de message le lendemain à Thanksgiving ? »
 
« Quel ... » Bill fronça les sourcils. « Oh, ça. » Il tapa nerveusement du pied, inhalant la fumée de sa cigarette qui finissait de se consumer. « Je suppose que j'ai oublié, je n'étais pas très bien. » Bill n'avais pas oublié, il n'avait simplement pas eu le courage de le faire, le courage de contacter Tom au risque de... En fait, il ne savait pas quel était ce risque qu'il avait tant essayé d'éviter. Celui de se faire rejeter ? Il l'avait mérité. Celui de se prendre un vent magistral ? C'était mérité aussi. Il avait essayé de se protéger autant que possible de Tom et de sa vie sans lui. La vie que Tom continuait de vivre sans Bill et qui le rendait heureux.
 
« Le mélange d'alcool. »
 
« Hm, surement. »
 
« Tu te souviens de ce que je t'avais dit ? »
 
« De quoi est-ce que tu parles Tom ? » Bill sentit une pression dans la poitrine et le sang affluer rapidement vers son c½ur.
 
Tom se rapprocha de lui et replaça une mèche que le vent avait déplacée. « Un jour viendra où tu n'en pourras tellement plus d'être seul que tu reviendras me voir. J'attendrais jusqu'à ce que ce jour arrive, et nous reprendrons où nous nous sommes arrêtés, » dit Tom d'une voix douce et gentille. « Est-ce que ce jour est arrivé Bill ? »
 
Bill trembla imperceptiblement et se mordit la lèvre. Ses yeux étaient plongés dans ceux de Tom et il ne savait plus quoi dire, comment pouvait-il parler alors que les yeux de l'homme qu'il aimait été fixé sur lui avec expectation.
 
Tom avança son visage vers celui de Bill et posa ses lèvres sur les siennes, juste une petite pression. Douce et chaleureuse. Elle ramena Bill sur terre, répondant à la pression de la bouche de Tom. Sa main se logea dans la nuque de Tom de peur que celui-ci sans aille sans demander son reste. Ils s'embrassèrent un long moment, un moment pendant lequel Bill sentit la petite flamme s'embraser et devenir un feu immense en lui.
 
Ils se séparèrent et Tom continua de sourire à Bill, attrapant sa main et la serrant dans la sienne avant de s'engouffrer dans le bar. Bill resta dehors un instant, se remettant lentement de son envolée magique.
 
 
**
 
 
A la fin de la soirée, Tom se proposa de raccompagner Bill qui était venu avec Georg, ne voulant pas faire la même erreur qu'à Thanksgiving, à avoir boire trop et voir flou.
 
« Est-ce que tu veux monter boire un dernier verre ? » demanda Bill, lorsque Tom stoppa la voiture devant l'immeuble dans lequel il vivait.
 
Tom coupa le contact. « Allons-y, » sourit-il.
 
« Cet immeuble est bien quelque chose qui ne me manquera pas quand je partirai ! » lâcha Bill, le plus naturellement du monde. Il pensait déjà à l'année qui allait arriver et à son voyage à l'étranger, il en était impatient.
 
Tom hocha la tête. Il ne pipait mot et se laissait conduire jusqu'à l'appartement de Bill, bien qu'il sache par c½ur où il se trouvait. Bill venait à peine de refermer la porte derrière eux que Tom glissa ses lèvres sur les siennes pour la deuxième fois ce soir-là, et ses mains retrouvaient ses fines hanches. Bill se laissait faire avec plaisir, la chaleur de Tom, ses baisés et son envie l'avaient manqué tellement fort qu'il ressentait une compression intense de joie dans le creux de sa poitrine.
 
Il ne se posa pas plus de question, cessa de réfléchir et laissa Tom les guider.
 
Leurs corps nus sous les draps du lit de Bill se mouvaient sensuellement, ils retrouvaient les sensations oubliées depuis quelques mois et Bill ne cessait de frémir. Ses jambes s'ouvrirent pour laisser Tom accéder à la partie la plus intime de son corps, les unissant. Bill soupira de plaisir sous Tom, mordant gentiment son cou. Son bassin était pris de spasme, poussant vers l'avant. Leurs deux corps tremblaient de plaisir.
 
« Tom..., » haleta Bill, sans qu'il ne puisse se retenir.
 
Tom était dominé par son instinct, les amenant jusqu'au plus grand des plaisirs. Il s'effondra doucement sur le corps transpirant de Bill et embrassa sa mâchoire. Bill passait sa main à la racine des cheveux de Tom, les massant délicatement.
 
« On va prendre une douche ? »
 
Tom prit la main de Bill et ils allèrent se laver tranquillement, Bill toujours sur son petit nuage à quelques lieux de là, perché dans le ciel.
 
De retour dans le lit, ils s'allongèrent l'un en face de l'autre, souriant tendrement.
 
« Tu savais qu'un jour je reviendrai vers toi ? » chuchota Bill. Tom hocha la tête légèrement. « Mais c'est encore toi qui est venu au final... »
 
« Ce n'est pas l'important. »
 
Bill gesticula mal à l'aise. « J'ai surement fait une erreur en te quittant, » confessa Bill. Il sentit quelque chose dans le creux de son ventre s'alléger à ces mots. « Je pensais que notre routine aller tuer notre couple, finalement c'est moi qui l'ai tué. »
 
« Tu avais besoin d'espace je suppose, » tenta Tom. Il parlait tout aussi bas que Bill. Ses doigts jouaient avec les cheveux de Bill.
 
Doucement mais surement Bill s'apaisa et se laissa submergeait par les sensations que Tom lui procurait juste par sa présence. « Je suis désolé, » souffla Bill, « même si ça ne vaut rien, je te le dis quand même. » Il ferma les yeux, se laissant aller sous les doigts de Tom.
 
Ceux-ci descendaient le long de son dos retraçant des courbes imaginaires.
 
« Est-ce que tu es toujours avec Charlsie ? » demanda Bill innocemment. Il ne remarqua pas le regard perturbé de Tom.
 
« Charlsie est une longue histoire Bill. »
 
« J'ai toute la nuit devant moi, » sourit-il, les yeux entrouverts.
 
« Elle est la fille de la meilleure amie de ma mère. Elle a toujours eu le béguin et ... » Bill ouvra les yeux plus grand et encouragea Tom. « Et on est sorti un soir, ça a collé plutôt pas mal mais je ne l'aimais pas, elle était juste sympa. »
 
« Pourquoi était-elle là à Thanksgiving ? »
 
Tom joua avec son piercing nerveusement. « Je l'ai invité. »
 
« Pourquoi ? »
 
« Pourquoi tu poses toujours tant de question ? » Bill haussa les épaules, attendant la réponse. « Ma mère l'aime beaucoup tu sais et elle trouvait que c'était bon pour moi de voir quelqu'un d'autre après que tu m'aies, tu sais, quitté. Un soir je la raccompagnais et elle m'a invité, comme tu l'a fais ce soir. »
 
Bill haussa les sourcils, Tom ne le perçut pas dans la pénombre. Tom avait couché avec une fille et au lieu de le faire se sentir mal, il se moqua de lui.
 
« Arrête de rire, » dit Tom, tapotant le front de Bill du bout de ses doigts. « Elle est enceinte. »
 
Bill se figea immédiatement avant d'expirer fortement. Il fallait qu'il assimile clairement l'information, et ce n'était pas la chose la plus simple à faire. Il avait osé penser un instant que Tom et lui, après cette nuit, allaient se remettre ensemble et maintenant il se rendait compte que c'était une possibilité pratiquement nulle.
 
« Tu l'aimes ? »
 
« Je ne sais pas, » avoua Tom.
 
C'était assez d'informations et de nouvelles pour la soirée. Bill voulait juste dormir et se blottir dans les bras de Tom pour la nuit, en profitant de sa chaleur. Il enfonça son visage dans le cou de Tom et ferma les yeux, attendant que le sommeil arrive. Tom enroula ses bras autour de ses épaules et sa taille.




A suivre ...     
 



C'est pas que j'appréhende, mais en fait si, un peu... beaucoup.
Ça faisait un bon bout de temps que cette idée se baladait dans mon ordi et là voilà enfin.
J'espère que ça plaira à ceux qui sont restés dans les parages ... éè


Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.80.183.100) if someone makes a complaint.

Comments :

  • nirvana-angelTH83

    31/03/2014

    C'est terrible ça sûrement la pire nouvelle à apprendre à ce moment là

  • Vie-amours-emmerdes-du14

    19/07/2012

    pas de chance pour Bill comme même.

  • History-imagination

    17/06/2011

    J'aime beaucoup cette première partie :)

  • On-Fascination-Street

    27/04/2011

    Coucouuuu ! Ca va ?

    Han sérieux, je suis trop naïve parfois. Je lisais tranquillement, je voyais que tout se passait une nouvelle fois entre eux vers la fin, mais la chute, cette chute, sérieux, j'ai dû relire plusieurs pour réaliser ce qu'il se passait. Je dois dire que je suis très très surprise, mais dans le sens positif, même si ça va leur apporter des soucis.. Après il en faut bien sûr, c'est ça qui donne son piment à l'histoire, mais j'espère que ça ne sera pas une bad-end sinon je t'en voudrai !
    J'aime bien ce début en tout cas, et j'ai hâte de découvrir comment ils vont s'en sortir, s'ils vont rester ensemble malgré cette révélation, comment va réagir Charlsie.. Et Tom aura forcément un choix à faire, à un moment.
    Mais sinon, il a couché avec Bill alors qu'il était toujours avec elle ? Sur le coup, même si c'est avec Bill qu'il l'a fait, je trouve que ce n'est pas bien de sa part, de toute façon l'infidélité m'a toujours excédée, mais après ils ont peut être une relation plus difficile comme Tom l'a précisé ou je n'ai peut être pas tout compris xD

    Je vais commencer la suite, mais je crois que je vais bientôt devoir aller manger !

  • oneshot-und-lemon-story

    23/04/2011

    j'aime beaucoup le début de cette histoire, mais alors la fin de ce chap, j'aime pas du tout u.u. Pourquoi fallait-elle qu'elle tombe enceinte cette cruche ? Tom n'aurait pas faire attention non ? surtout qu'il savait que Bill allait revenir vers lui.
    En tout cas j'ai hâte de lire la suite.

  • KleinerHumanOid

    21/04/2011

    Han j'aime *o* J'aime quand c'est pas un truc banal genre des jumeaux qui se retrouve voisin bla bla bla; ou qui se haissent au lyçée nia nia nia u_u La c'est bien :D

  • just-you-and-me483

    15/04/2011

    Je pars demain matin, enfin dans 6h quoi --' c'est matin tôt...et en route pour une journée de voiture...en plus va encore falloir que je me batte pour fermer ma valise XD Il a intérêt à faire beau en Ardèche *-*
    J'espère que tu t'en sors avec tout ton boulot é.è Et j'espère que je pourrai lire cette deuxième partie à mon retour dimanche, ou lundi ou peu importe en fait *-*

    Haaaaa je suis dans ton jardin spirituellement parlant x) Nous on a plein de myosotis dans le jardin, copine de potager *-*
    =D

    Bref je souhaite une bonne semaine je penserai à toi et je me dirai..." Aller, écris pour ton Myosotis " XD De toute façon je ne te le cache pas, c'est bien parce que je sais que tu viendras lire et me dire ce que tu en penseras que j'ai envie d'écrire, bon aussi parce que mon os est trop génialissime et que tout le monde va tomber en amour avec après l'avoir lu...mais bon ça, c'est pas comme si on était pas au courrant hein xD
    Ha ha blague à part, si je le finis, j'espère vraiment que tu l'apprécieras :)

    Je te fais plein de bisous mon Myosostis ♥

  • os-translation

    06/04/2011

    Oh ben ne te presse pas pour poster. Je comprend que les études passent avant. Tu sais, du moment que je sais qu'une suite arrivera tôt ou tard, ça me convient très bien :)
    "PS : J'avoue pour la photo ^^ Tom a l'air de vouloir manger un bout de Bill !" Faut bien avouer que Bill à l'air totalement mangeable aussi ... c'est de sa faute! =D

  • os-translation

    04/04/2011

    Oh et puis Tom, il est canon sur la photo ^^ Mais... il va bouffer son frère, non? o0

    "Vas-y Tom, jette toi dessus!"

  • os-translation

    04/04/2011

    0o Mais, mais, où est la suite?? Je la veux tout de suite!!

    Non sérieusement, c'était très bien écrit, une histoire très jolie mais intense qui fait mal eu coeur et au ventre. Et pas de fautes d'orthographe... que c'est agréable à lire =D
    Bon, vu le titre, on pouvait se douter qu'un bébé viendrait se glisser entre eux mais je ne voyais pas ça comme ça. Parce que Tom a un peu couché avec Charlsie par dépit, il n'est pas vraiment amoureux, et puis Bill l'aime encore... non franchement, poste la suite, je vais pas pouvoir attendre pour savoir ce qui va se passer.
    ...
    Après réflexion (c'est méchant ce que je vais dire) mais il faut que Charlsie fasse une fausse couche (oui, j'ai honte d'avoir dit ça mais voilà...). Je suppose que c'est parce que j'imagine pas Tom quitter la femme qui porte son enfant (même s'il est pas vraiment totalement amoureux) pour aller avec Bill qui a pour projet d'aller vivre à l'autre bout du monde.
    D'ailleurs, ça me fait penser que Tom est un salaud. IL couche avc Bill alors qu'il est encore avec Charlsie (je suppose) et en plus il lui annonce qu'elle est enceinte, comme ça, ça flancher... il est...grr, tête à claque!^^

    Bon, je vois que tu l'avais posté en 2010 donc est-ce que j'ai quand même le droit d'espérer une suite?

    Bisous et à bientôt peut-être (j'espère, avec mes doigts croisés et tout, hein!)
    Sia

Report abuse